Ressources
d'aide

www.AgressionsSexuelles.gouv.qc.ca

Formes d'agressions sexuelles

Une agression sexuelle peut prendre plusieurs formes. Différents gestes peuvent être posés et le degré de violence utilisée peut aussi varier.

Mais dans presque tous les cas :

  • l'agression sexuelle a des conséquences néfastes pour la victime;
  • l'agression sexuelle est un acte criminel, parce que la victime n'est pas consentante ou n'a pas l'âge requis pour consentir.

Principales formes d'agressions sexuelles

  • Baisers à caractère sexuel.
  • Attouchements : seins, cuisses, fesses, pénis, vulve, anus.
  • Masturbation de la personne par l'agresseur et vice-versa.
  • Contact oral-génital :
    • Cunnilingus : contact, avec la bouche, des organes génitaux d'une fille ou d'une femme;
    • Fellation : intromission du pénis de l'agresseur dans la bouche de la victime ou du pénis de la victime dans la bouche de l'agresseur.
  • Pénétration : pénétration vaginale ou anale par le pénis, pénétration de l'anus ou du vagin avec les doigts ou avec des objets.
  • Exhibitionnisme : comportement d'une personne qui montre ses parties génitales en public.
  • Frotteurisme : comportement d'un individu qui recherche le contact physique avec des personnes non consentantes, dans des endroits publics. Par exemple, tenter de frotter ses organes sexuels sur des inconnus dans l'autobus.
  • Voyeurisme : tendance ou comportement « voyeuriste », c'est-à-dire basé sur l'attirance à observer l'intimité ou la nudité d'une personne ou d'un groupe de personnes.

C'est totalement inacceptable — et criminel!

L'agression sexuelle est inacceptable, peu importe la forme, le geste, la situation, les liens entre les personnes et les circonstances.

  • Tous les gestes ou formes d'agressions sexuelles sans consentement sont criminels.
  • Et tous les gestes ou formes d'agressions sexuelles sur des personnes de moins de 16 ans sont considérés comme « sans consentement » et donc criminels. *

 

* Le Code criminel prévoit une exception pour la personne de 14 ou 15 ans. Une personne de cet âge peut offrir un consentement valable à condition toutefois que son partenaire :

  • soit de moins de cinq ans son aîné,
  • ne soit pas en situation d'autorité ou de confiance par rapport à elle,
  • ne soit pas une personne par rapport à laquelle elle est en situation de dépendance,
  • ne soit pas dans une situation où il l'exploite.

La personne de 12 ou 13 ans pourra consentir si son partenaire est de moins de deux ans son aîné et si les conditions précédentes sont remplies.

© Gouvernement du Québec, 2016  •  Liens et références  •  Politique de confidentalité  •  Accessibilité